Questo sito usa cookie per fornirti un'esperienza migliore. Proseguendo la navigazione accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra OK

Entretien de l'Ambassadeur Pugliese à Agenzia Nova (15/12/2020).

Data:

15/12/2020


Entretien de l'Ambassadeur Pugliese à Agenzia Nova (15/12/2020).

Diplomatie économique et soutien aux entreprises italiennes engagées sur le marché algérien d'une part; partenariat politique avec les grands enjeux régionaux comme la Libye et la stabilisation du Sahel d'autre part, sans oublier la relation entre l'Algérie et l'Union européenne, où l'Italie peut jouer un rôle fondamental de pont. Telles sont les priorités indiquées par le nouvel ambassadeur d'Italie à Alger, Giovanni Pugliese, dans une interview à "Agenzia Nova". "Dans les relations de l'Algérie avec l'Union européenne, l'Italie peut jouer le rôle de pont, de plaidoyer et de meilleure compréhension par l'UE de l'Algérie et, vice versa, de meilleure compréhension des mécanismes de l'Union européenne pour partie de l'Algérie. Quant aux priorités de la diplomatie économique et du partenariat politique, nous organisons un Business Forum et un Sommet intergouvernemental qui devraient avoir lieu dans les trois premiers mois de l'année prochaine, si le Covid le permet », a ajouté Pugliese.

Prenant ses fonctions le 25 novembre dernier, l'Ambassadeur a organisé, en dix jours seulement, la mission du chef de la diplomatie italienne à Alger, qui s'est déroulée les samedi 5 et dimanche 6 décembre. «La visite s'est très bien déroulée. Elle s'est articulée sur deux jours, ce que les Algériens ont particulièrement apprécié, et a touché à la fois les relations bilatérales et le dialogue stratégique sur les questions régionales. Un mémorandum d'entente a également été signé sur le dialogue stratégique entre l'Italie et l'Algérie, un dialogue structuré avec au moins une réunion chaque an au niveau des Ministres des Affaires Etrangères, qui abordera à la fois les thèmes de la coopération politique et de la sécurité, et les thèmes de la coopération économique et commerciale. C'est un grand pas en avant », a expliqué Pugliese.

La deuxième visite à Alger du chef de la diplomatie italienne en 2020 (la première a eu lieu en début d'année) a également été enrichie par une rencontre avec le milieu des affaires et une visite sur un chantier de construction où Trevi et Seli Overseas construisent, en partenariat avec les partenaires algériens, le prolongement du métro d'Alger. «Il y a eu aussi un moment culturel important, car le ministre Di Maio a inauguré le nouveau siège de l'école italienne d'Alger, qui s'appelle 'Rome', que nous aimerions également ouvrir aux étudiants algériens pour renforcer le dialogue culturel entre l'Italie et L'Algérie à travers l'élément linguistique. Nous avons remarqué une grande ouverture du côté algérien à l'idée d'agrandir cette école et de donner aux étudiants algériens la possibilité de la fréquenter. C'est même le Ministre des Affaires étrangères algérien Sabri Boukadoum qui a montré un grand intérêt pour cette possibilité que nous partageons pleinement et sur laquelle nous devrons travailler dans les mois à venir pour la concrétiser », a conclu Pugliese.

Il y a aussi place pour des enjeux économiques, avec l'Italie en première position pour accompagner l'Algérie dans le processus de diversification de son économie et aider le pays d'Afrique du Nord à exporter d'autres produits, en plus des hydrocarbures, vers l'Union Européenne. À cet égard, il convient de rappeler que l'accord d'association avec l'Union européenne a été jugé "déséquilibré" par la contrepartie algérienne, qui continue à maintenir des droits de sauvegarde sur certains produits. «Il est difficile de dire que l'accord est déséquilibré. Si l'on prend également en compte les exportations d'hydrocarbures, le déséquilibre est relatif. En tant qu'Italie et en tant qu'Union européenne en général, nous pouvons soutenir l'Algérie dans le processus de diversification de son économie. Lorsque l'Algérie aura achevé ce processus, elle aura peut-être plus de force pour exporter vers l'Union Européenne. Une économie jusqu'ici essentiellement basée sur les exportations d'hydrocarbures a peu de chances de décoller et il est difficile de parvenir à un équilibre commercial. L'important sera de promouvoir l'investissement: pour ce faire, il faudra créer un climat des affaires plus favorable et l'Algérie a commencé à le faire », a déclaré Pugliese.

L'Ambassade d'Italie à Alger organise également un Business Forum qui devrait se tenir dans les premiers mois de 2021, dédié aux thèmes de l'innovation, des start-ups et des nouveaux secteurs qui se prêtent bien aux investissements des petites et moyennes entreprises (PME). ) Italien. En Algérie, tous les «grands noms» de l'industrie italienne sont présents, mais contrairement aux marchés voisins comme le Maroc et la Tunisie, le tissu des PME tricolores fait défaut. Cependant, les autorités algériennes ont récemment limité la règle du 51-49 aux seuls secteurs stratégiques, clause qui garantissait aux Algériens une participation majoritaire dans des sociétés mixtes, une mesure qui pourrait permettre aux entreprises italiennes de contribuer à la diversification de l'économie du pays. membre de l'OPEP, toujours fortement dépendant des exportations d'hydrocarbures. «La situation des entreprises italiennes est positive dans certains secteurs, en particulier celui de l'énergie, où une grande entreprise comme Eni est impliquée. La présence italienne est également forte dans les travaux publics, où la situation est un peu plus complexe en raison de certains retards de paiement de la part algérienne et d'une bureaucratie qui reste très lourde », a expliqué le diplomate.

Selon Pugliese, la réforme 51-49 va dans le bon sens pour simplifier les procédures et ouvrir de nouvelles perspectives aux PME italiennes. Pas seulement. «Il s'inscrit dans la politique d'amélioration du climat des affaires et peut accompagner le processus de diversification de l'économie algérienne: pensons par exemple à l'industrie agroalimentaire, aux énergies renouvelables, au numérique avec tout ce qui touche à l'innovation», a expliqué le ambassadeur. "Et le forum des entreprises que nous voulons organiser dans les premiers mois de l'année prochaine sera principalement dédié aux thèmes de l'innovation, des start-ups et des nouveaux secteurs qui se prêtent bien au secteur des petites et moyennes entreprises". L'ambassade soutient également ces initiatives, en ce moment de confinement dû à la pandémie de Covid-19, avec une série de webinaires destinés aux PME pour illustrer les perspectives d'avenir. «N'oublions pas que la Ice (Agence pour la promotion à l'étranger et l'internationalisation des entreprises italiennes) apporte également une grande contribution et offre à ce stade des services gratuits grâce aux fonds du Pacte pour les exportations italiennes, très désirées par le Ministre des Affaires étrangères Di Maio », a conclu l'ambassadeur.

Du côté de la coopération dans la lutte contre les flux migratoires illégaux, Pugliese a expliqué que des contacts sont en cours entre l'Italie et l'Algérie pour "redynamiser les modalités de coopération prévues dans l'accord de rapatriement" des migrants débarqués illégalement sur les côtes italiennes. Selon les données du ministère de l'Intérieur, jusqu'au 14 décembre, 1 379 migrants clandestins algériens sont entrés dans notre pays depuis le début de l'année, contre 1 009 pour l'ensemble de 2020. «Il ne s'agit pas d'une augmentation très significative, les chiffres sont toujours assez contenus. La légère augmentation est probablement liée à la plus grande fragilité économique de l'Algérie à l'heure actuelle, en raison de la pandémie qui a frappé le pays ainsi que l'Europe, combinée à la baisse des prix du pétrole et à d'autres problèmes structurels. C'est un phénomène qui, je voudrais le dire, est substantiellement limité, même si sa concentration géographique vers la Sardaigne peut relativement accentuer sa portée, également en termes de perception et de charges pour les autorités locales. À la mi-septembre, une visite de la ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese, s'est tenue à Alger, qui a donné d'excellents résultats. Des contacts sont déjà en cours pour revitaliser les modalités de coopération prévues dans l'accord de rapatriement », a déclaré le diplomate. L'accord cité par Pugliese "n'a pas toujours fonctionné de manière optimale", a admis l'ambassadeur, qui a alors précisé: "Nous sommes en plein exercice de récupération du temps perdu pour faciliter les procédures de rapatriement".

Restant sur le thème de la coopération bilatérale, le deuxième tour de la table technique entre l'Italie et l'Algérie pour la délimitation des frontières maritimes a eu lieu hier. «En septembre, une première réunion de négociation a eu lieu lors de la visite à Alger du Sous-Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Manlio Di Stefano. Un deuxième tour s'est tenu aujourd'hui par visioconférence qui a permis aux deux délégations d'approfondir leurs approches respectives de la question ", a expliqué le diplomate." Au troisième tour qui se tiendra en janvier, nous espérons pouvoir enregistrer les progrès dans la recherche d'un solution satisfaisante pour les deux parties ", a ajouté l'ambassadeur. Pugliese a également rappelé comment Di Maio et son homologue Boukadoum se sont exprimés sur le sujet" dans une atmosphère très sereine et dans la conscience qu'une solution acceptable sera trouvée pour les deux pays ". En 2018, en effet, l'Algérie a déclaré unilatéralement sa propre zone économique exclusive sans considérer un triangle des eaux italiennes dans l'ouest de la Sardaigne. L'Italie, pour sa part, a fait une "démarche formelle" de l'Ambassade à Alger et, sur demande de la Farnesina, une table technique a été mise en place avec l'homologue algérien, sur la base de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer (Unclos). La commission «ad hoc» pour la délimitation conjointe des frontières maritimes a été officiellement inaugurée le 23 septembre dernier.

©️ Agenzia Nova - Tous droits réservés

 

Entretien originel en italien: https://www.agenzianova.com/a/5fd8d9b5f008e2.50453191/3235160/2020-12-15/algeria-parla-il-nuovo-ambasciatore-pugliese-ecco-le-priorita-del-mio-mandato


420