Ce site utilise des cookies techniques, analytiques et tiers..
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Préférences cookies

Coopération au développement

Les premières activités de la Coopération italienne au développement en Algérie remontent aux années 70’. Depuis lors, de nombreuses initiatives ont été réalisées dans les secteurs allant de la construction d’ouvrages publics, au soutien à l’industrie et à l’agriculture, à la restauration et tutelle du patrimoine culturel. Dans ce contexte, notamment la récupération du “Bastion 23” à Alger, financé à travers une ligne de crédit, et des études pour la restauration de la Casbah.

Du moment que l’Algérie dispose de considérables ressources pour promouvoir le développement, les interventions de la Coopération italienne ont tendance à privilégier les aspects qualitatifs, tels que la formation et le transfert de compétences et de technologie. Une attention particulière est accordée à la protection de l’environnement, à la tutelle du patrimoine culturel et au secteur agricole et zootechnique.
Font exception, pour la réalité très singulière dans laquelle ils opèrent, les projets de coopération destinés aux réfugiés sahraouis, qui incluent un soutien direct pour faire face aux risques de crises alimentaires.

Au cours de 2011, a été signé et ratifié un accord pour la conversion en projets de développement d’une partie de la dette découlant de crédits d’aide, pour un montant total de 10 millions d’Euros. L’accord fait suite à celui signé en 2002, qui a permis l’utilisation de 82 millions d’Euros de dette pour 34 projets de développement (20 installations pour la gestion des déchets solides urbains, 4 centres et résidences universitaires, 5 écoles, 5 complexes sportifs).
30% des fonds du nouvel accord seront utilisés pour un projet d’assistance technique pour le cycle intégré dans la gestion des déchets solides urbains, en  complément des activités déjà réalisées dans le programme précédent. Les 70% restants financeront des initiatives dans les secteurs de la restauration du patrimoine artistique, de la formation universitaire, de la planification urbanistique, de la tutelle du patrimoine culturel et du soutien aux petites entreprises.